Des noms de poissons pour les nouveaux pousseurs de la marine nationale

L’Atipaqui a fait une série d’essais à Douarnenez, va poursuivre, à la base navale, des essais de performance dans différentes configurations liées aux missions du pousseur.

Destiné à la Guyane, il sera embarqué dans le courant de l’été sur un cargo pour rejoindre son port-base de Dégrad-des-Cannes.

Après l’Atipa (nom d’un poisson guyanais), les six autres pousseurs, dont la livraison est prévue entre 2020 et 2021, sont destinés aux ports de Brest, Cherbourg (Manche) et Toulon (Var), deux dans chaque port.

Ils  se nommeront Vive, Corb, Loup, Sar,  Sprat et Orphie. Ils sont longs de 10 m, leur déplacement est de 27 tonnes et leur vitesse, de 8 nœuds. La capacité de pousseur est de six tonnes, et de traction de deux tonnes.

L’équipage comprend deux marins, avec la possibilité d’embarquer huit lamaneurs. Ils participeront aux manœuvres des bâtiments de surface, et pourront aussi assurer le travail des anciennes vedettes de servitude et chaloupes.