Cognac – Montée en puissance de la BA 709

Le 1er août 1993, alors équipée de Mirage F1-CR avec l’ER 1/33 « Belfort », 2/33 « Savoie » et 3/33 « Moselle », la 33ème Escadre de reconnaissance était dissoute sur l’ancienne base aérienne 124 de Strasbourg-Entzheim. 26 ans plus tard, cette escadre vient d’être officiellement réactivée par l’armée de l’Air française sur la base aérienne 709 de Cognac. Elle porte désormais le nom d’Escadre de surveillance, de reconnaissance et d’attaque (ESRA).

L’escadre est armée par des MQ-9 Reaper et se compose actuellement de deux escadrons. Le premier, l’Escadron de drones (ED) 1/33 « Belfort », assure des missions de « renseignement actionnable en opérations extérieures et la protection du territoire en France », précise l’armée de l’Air. Le renseignement actionnable consiste à recueillir du renseignement permettant de déboucher sur une action par sa précision et sa permanence (« find, fix and finish »). Le second est l’Escadron de transformation opérationnelle drone (ETO) 3/33 « Moselle », qui sera chargé de former les équipages des Reaper.

Spécialistes du renseignement, les aviateurs qui mettent en œuvre le Reaper recueillent principalement du renseignement à des fins d’action : la recherche puis le suivi, parfois pendant plusieurs jours grâce à la persistance du vecteur, pour être en mesure d’agir une fois l’ordre
d’engagement obtenu.

Un système de drones est composé de trois vecteurs (drone) et de deux stations de contrôle au sol (cockpit).

Zoom sur les drones de l’armée française reportage radio RFI