JEP – ouverture exceptionnelle du bunker hôpital de Robert Picqué

Le bunker de l’Hôpital d’instruction des armées Robert Picqué ouvre ses portes  le dimanche 22 septembre 2019 de 09h00 à  17h00, dans le cadre des Journées européenne du patrimoine.

C’est l’occasion de découvrir le fonctionnement d’un hôpital en temps de guerre. Des infirmiers en uniforme d’époque ainsi que des véhicules et du matériel médical redonneront vie à l’édifice l’espace de cette journée.

Les salles du bunker accueilleront des expositions thématiques, notamment le centenaire d’Henri Salmide, le marin allemand qui a refusé de détruire le port de Bordeaux en 1944.

Né Heinz Stahlschmidt le  à Dortmund et mort à l’âge de 90 ans le  à Bordeaux, Henri Salmide est un sous-officier de la Kriegsmarine qui a empêché la destruction du port de Bordeaux en août 1944 durant la Seconde Guerre mondiale.

Destin hors norme pour cet expert en maniement des explosifs,qui survécut aux naufrages des trois navires de guerre sur lesquels il a servi.

Le 9 août 1944, Heinz Stahlschmidt reçut l’ordre de détruire toutes les installations portuaires et les quais de la ville, qui s’étalent sur plus de 12 kilomètres afin de ne pas permettre aux Alliés de les utiliser. Le 22 août 1944 à 20h50, 4 jours avant la destruction planifiée, il fait sauter le blockhaus de la rue Raze, près des quais, contenant les charges explosives (100 kg d’explosifs et 4000 mèches lentes. Son action aurait provoqué la mort d’une cinquantaine de soldats allemands mais il est estimé qu’elle aurait sauvé la vie à environ 3500 civils. Dans une interview à Reuters en 1977, Salmide dira qu’il avait agi selon sa conscience chrétienne, ne pouvant accepter que le port soit détruit alors que la guerre était clairement perdue.

Il a ensuite rejoint la résistance française qui l’a caché, alors qu’il était recherché par la police et la Gestapo, comme traître et déserteur.

Naturalisé français sous le nom de Henri Salmide en 1947, il a épousé une Française en 1949 à Bordeaux où il s’est installé et a travaillé comme sapeur-pompier forestier de la Gironde, puis sur le bateau-pompe du port de Bordeaux jusqu’à sa retraite en 1969. Son action héroïque a été reconnue tardivement. Décoré par le maire Jacques Chaban-Delmas le 19 mai 1995 de la médaille de la Ville de Bordeaux, il a été fait chevalier de la Légion d’honneur cinq ans plus tard, pour récompenser “23 ans de services civils”, sans mention de son fait d’armes à Bordeaux. Le siège social de Bordeaux Port Atlantique à Bacalan, porte le nom d’Henri Salmide.