La Préparation Militaire Marine d’Agen est née !

Il en va de la Marine nationale comme d’une grande famille : une naissance, l’arrivée d’un petit est toujours une joie, un espoir pour le futur, un signe de renouveau, de jeunesse, de force aussi.  Ce samedi 5 octobre, dans les locaux du 48ème Régiment de Transmissions d’Agen,  la Préparation Militaire Marine «  Commandant Bouan »   a vu le jour.

A priori, rien ne laissait penser que la Marine puisse vouloir un jour s’installer sur les terres lot et garonnaises.  Pas plus Fumel, Nérac, que Marmande ne ressentent les embruns salés. Le département situé entre Atlantique et Méditerranée est essentiellement rural, céréalier et fruitier. Ses collines sont traversées par l’eau douce de la Garonne, du Lot et du canal latéral. Et même si les locaux pouvaient s’enorgueillir de marins originaires du coin comme Roger Bouan, Geoges Leygues ou arguer de la présence de l’Ecole Navale à Clairac pendant la seconde guerre mondiale, la présence de cols bleus était peu probable.

Mais il ne faut pas se fier aux «  à priori ». Depuis 2016, des réflexions étaient lancées sur l’opportunité de créer une préparation militaire marine à Agen. D’abord parce que nombre de marins viennent de l’intérieur des terres de notre hexagone, ensuite parce que le recrutement est une donnée cruciale, enfin parce que la Marine Nationale dispose de réservistes pouvant assurer la formation des jeunes in situ.  Le projet était mis en route. Samedi 5 octobre, il était enfin porté sur ses fonds baptismaux.

Pour ce premier jour, une quinzaine de filles et garçons  ( âgés de 17 à 19 ans) ont revêtu l’uniforme de marin et suivi une première formation militaire et marine.   Sous les regards bienveillants de leurs instructeurs, ils ont découvert les prémices de ce qu’ils vivront pendant les neuf mois à venir. Ils ont reçu leur paquetage, et découvert l’engagement et les valeurs du Marin. Ils ont marché en ordre serré, comme un avant-goût du programme des mois à venir . En effet,  jusqu’en juin 2020, ces jeunes lot-et-garonnais se retrouveront sous les drapeaux douze samedi, ils participeront cérémonies, et vivront une période bloquée à Brest.  Ils apprendront le civisme, la géopolitique, la sécurité, les rudiments de matelotage et de navigation.

Dans moins d’un an, nantis de leurs diplômes, certains s’engageront, d’autres resteront civils, mais tous auront eu un lien avec la Marine nationale et l’on verra désormais des bachis, des cols bleus, des tricornes et des pompons rouge en Lot et Garonne.